MON MEILLEUR AMI
Robert Charlebois

Mon meilleur ami c’est un piano
Un grand piano
À qui je confie mes secrets
Je sais qu’il’m’trahira jamais
Sur les doigts d’une main
Il entonne les chagrins de Chopin
De l’autre il m’étonne Avec une ‘’tune’’ d’Ellington

Mon meilleur ami c’est un piano
Un grand piano
À qui je confie cette nuit
Qu’j’ai une femme d’enfer qui est l’paradis
J’aime la voir faire j’aime tout c’qu’elle dit
Tout ç’qu’elle lit tout c’qu’elle rit
J’emploie ses mots je la copie

J’ai des voisins des musiciens
Qui m’aiment bien
Plein d’copains d’bistrots
Qui m’aiment trop
Des associés
Qui m’aiment beaucoup
Ou pas assez
Des chums cassés
Des compagnons
Bourrés d’pognons

Mais mon meilleur ami c’est un piano
Un grand piano
À qui je me confie la nuit
Quand elle est trop longtemps partie
Si je peux pas jouer sous sa blouse
I’m prête son do pour faire un ’’blues’’
C’est un ami dont elle n’est pas jalouse

Mon meilleur ami c’est un piano
Un vieux piano
À qui je confie mes angoisses
Pendant qu’elle court les grands espaces
Entre mes doigts j’vois l’temps qui passe
Et quand tombe la noirceur
J’imagine le pire et j’ai peur
Alors j’lui dis… comme ça
Il’m’répond… tout ça… et tout ça… tout ça

Mon meilleur ami c’est mon piano
Mon vieux piano
A qui je me confie la nuit
Quand j’ai l’poids du monde sur le dos
J’y plante mes doigts
Dès qu’elle est là il est d’accord avec moi
Son dos à elle
Est bien plus doux et bien plus chaud…